Chargement... Veuillez patienter...

Développement durable

Le PNRC partenaire
des trophées du développement durable
de la Haute Corse.
Version imprimable Suggérer par mail
Les lacs de la Montagne  Corse

Situés au coeur des grands massifs de l'île, les lacs d'altitude ont une origine glacière (-14 000 ans).

Ils présentent une grande diversité tant par leur taille que par leur profondeur. Selon leur environnement on peut les trouver à différents stades d’évolution : à l’échelle géologique l’évolution de ces derniers tend vers le comblement.

Le nombre de lacs varie selon les critères pris en compte : si on se base sur la profondeur moyenne supérieure à cinq mètres il existe moins d’une dizaine de lacs en Corse.

Ce nombre avoisine vingt si on considère comme lac une pièce d’eau ayant une profondeur maximale supérieure à 5 mètres si on prend en compte les critères basés sur la physico-chimie des eaux et les critères biologiques ce nombre oscille entre trente et quarante.

bellebone.jpgcapitello_4.jpglac_de_melu.jpg 

 La majorité des lacs se situent entre 1700 et 2 200 mètres d'altitude dans l'étage subalpin* caractérisé par l'absence de forêts; cependant c'est dans cet étage que l'on rencontre les plus belles pozzines *.

Ce sol tourbeux agit comme une éponge; le maintien de cette humidité de surface permet le développement d'associations végétales spécifiques dont la couleur verte plus ou moins claire tranche dans le paysage.

D'autres associations végétales se rencontrent au voisinage des lacs dont l'aulnaie odorante est la plus commune : de ces fourrés très denses émergent çà et là le sorbier des oiseleurs reconnaissable à ses fruits rouges éclatants.

subalpin: Etage de végétation compris entre l'étage montagnard et alpin; en exposition sud (adret) cet étage comporte une variante méditerranéenne plus chaude baptisée cryo-oroméditerranéen
les pozzines: sont des pelouses d'altitude sur sol tourbeux qui cernent un certain nombre de lacs et provient de la contraction de "pozzi" (puits en corse) et alpine.

Conscient qu’une protection efficace passe par la connaissance du fonctionnement des milieux; le Parc avec d’autres partenaires mène depuis une vingtaine d’années des études qui ont permis d’en dresser un inventaire précis mais aussi d’identifier les menaces qui pèsent sur ces milieux sensibles. Leur fréquentation sans cesse croissante a conduit le Parc Régional de la Corse à mener des actions de sensibilisation.  C’est dans ce cadre, et pour trois d’entre eux, qu’un gardiennage est assuré pendant la période estivale. Il s’agit des lacs de Melu, Ninu, Crenu.

Action du PNRC sur les lacs d'altitude

Joyaux de la montagne, lieux d'estive fréquentés par les bergers depuis plusieurs siècles, recherchés par les pêcheurs et les randonneurs depuis quelques décennies, les lacs d'altitude en Corse étaient pratiquement ignorés des scientifiques jusque dans les années 80.

Entre 1980 et 1982, avec l'aide des agents du Parc Naturel Régional de Corse une équipe pluridisciplinaire (Gauthier A, Roché B, Frisoni GF, Fagianelli, DJ et E...) s'est lancée dans un premier inventaire visant à préciser la localisation, la profondeur, la superficie, la nature des eaux, les principaux représentants de la faune et de la flore de ces lacs...

Un document édité en 1983 (Contribution à la connaissance des lacs d'altitude de la Corse) rassemble l'ensemble des informations recueillies sur les 40 lacs visités.

On y apprend comment se sont formés ces milieux naturels ; explications scientifiques attribuant leur formation aux glaciers qui recouvraient jadis nos montagnes, mais aussi légendes mettant souvent en cause le diable ou la fée des sources...

On y découvre que le plus grand, celui du Monte Rotondo s'étend sur 7,4 ha, que le plus profond, celui de Capitellu, atteint 42 m...

On se familiarise avec leurs hôtes naturels, algues microscopiques, insectes, salamandres, euproctes, truites... ou introduits saumons de fontaines...

On y apprend comment se sont formées les vertes pelouses ou pozzines qui entourent la plupart d'entre eux...

On y trouve une première tentative d'explication sur la transparence de Capitellu ou la couleur verte de Bastani...

Cette première étude avait également permis d'évaluer l'impact de la fréquentation touristique sur ces milieux naturels. La pratique du camping et du bivouac en été entraînait en effet l'accumulation de déchets sur les berges, le tassement et la disparition des pelouses, la pollution des eaux...

Ces informations ont servi de support à des expositions ou des films. Les animateurs du Parc Naturel Régional ont engagé un programme de sensibilisation du public à la préservation des lacs.

Ainsi se développait une réelle prise de conscience quant à la nécessité de protéger ces perles de la montagne corse.

 Des associations organisaient des opérations de nettoyage pour évacuer les ordures déposées sur le lac de Melu par exemple.

Le Parc Naturel Régional de Corse décidait alors, avec l'aide des communes concernées de prendre en charge la gestion de ces espaces naturels.

L'élévation du niveau du lac de Crenu (par la construction d'une petit barrage) ayant entraîné la mort des pins qui entourait ce plan d'eau il était procédé à l'enlèvement des arbres morts et à la destruction du barrage.

Plus globalement le Parc Naturel mettait en place un système de gardiennage estivale sur les lacs de Melu, Ninu et, Crenu. Sur les trois premiers, des abris étaient construits afin d'abriter les saisonniers chargés de cette surveillance.

 Encadrés par les agents du Parc, ils sont chargés de ramasser quotidiennement les déchets déposés par les randonneurs, ces derniers respectant d'autant mieux un site propre. Ils sont également chargés de faire appliquer les arrêtés communaux visant à interdire le camping sur les berges.

Dans le cadre de cette surveillance, une évaluation de la fréquentation est effectuée. On sait ainsi que la fréquentation est de l'ordre de 900 personnes par jour à Melu (avec des pointes à plus de 1400 personnes), de 300 personnes par jour à Ninu et de 300 personnes par jour à Crenu.

Ces chiffres témoignent du rôle économique joué par les lacs corses.

Participant fortement à l'image de notre île, ils constituent un réel capital touristique qu'il convient de préserver.

L'observation de l'évolution des abords (notamment des pelouses) menacés par le piétinement a conduit à mettre en oeuvre des actions de protection spécifiques.

Des enclos de mis en défens ont ainsi été installés autour des sites les plus menacés (pelouses du lac de Melu, station de la plante carnivore-Drosera- au lac de Melu).

Le GR 20 a été détourné afin d'éviter la dégradation des pelouses du lac de Ninu. Des interventions régulières sont également nécessaires pour entretenir les sentiers d'accès profondément remaniés par le passage des promeneurs (cas du lac de Melu).

Afin de mieux informer le public des panneaux d'information sont installés sur les berges des lacs.

Tous les investissements nécessaires à la bonne conduite de ces actions sont financées par nos partenaires (Collectivité Territoriale de Corse, Direction Régionale de l'Environnement).

Sur les autres lacs (Bastani, Oriente, Pozzi du Renosu, Cintu....) des visites régulières sont effectuées par les agents du Parc afin d'y ramasser les déchets et d'y évaluer la fréquentation.

D'autres acteurs bien sûr, tel le berger des pozzi du Renosu, participent de leur propre initiative à la protection et à la gestion de ces sites.

Pour l'instant il ne paraît pas nécessaire d'y appliquer le système de gardiennage quotidien, mais l'évolution croissante de la fréquentation en montagne pourrait nous amener à l'envisager.

Dépassant le cadre de cette gestion au quotidien, le Parc Naturel et ses partenaires ont poursuivi l'étude scientifique des lacs et de leurs abords.

Des études piscicoles ont été engagées avec la Fédération des pêcheurs, le CSP, la DIREN et le CEMAGREF afin de connaître l'évolution des populations de truites et de saumons de fontaine depuis les alevinages pratiquées jadis. Les informations recueillies permettront d'en améliorer la gestion halieutique.

Des analyses de l'eau et des conditions météorologiques en altitude ont été régulièrement effectuées dans le passé afin de mieux comprendre le fonctionnement hydrologique de ces milieux et d'évaluer les tendances et les risques en matière d'évolution de la qualité des eaux.

Des observations ont également été réalisées en plongée par les agents du Parc à Capitellu (photos disposnibles...),.

Des botanistes se sont penchés sur les pozzines et leur répartition.

Des prospections ont été menées afin d'inventorier les richesses et le fonctionnement de ces formations originales qui sont inscrites à la Directive Européenne sur les Habitats, et qui abritent de nombreuses plantes rares.

 Un premier bilan des agressions auxquelles sont soumis ces milieux a été effectué (piétinement par les randonneurs, creusement par les porcs coureurs...).

Ces études montrent également que la préservation et la gestion de ce paysage naturel passe par un maintien de l'activité pastorale en montagne.

Ces prospections, menées avec l'aide de différents laboratoires (Université de Corse, Université d'Aix Marseille)

Il est toujours difficile d'établir un bilan en matière de gestion de milieux naturels.

 Il apparaît cependant que les actions menées depuis près de 20 ans sur les lacs et leurs abords ont permis d'acquérir une solide expérience de gestion et d'améliorer la connaissance quant à leur fonctionnement.

 On sait ainsi que la surveillance estivale et le nettoyage quotidien des berges a permis de supprimer les évolutions néfastes que l'on observait au début des années 80 sur les sites les plus fréquentés. On identifie certains phénomènes liés aux activités humaines (augmentation de la fréquentation touristique, modification des pratiques pastorales...).

 Le suivi scientifique reste cependant toujours indispensable pour prévoir de manière plus précise l'évolution de ces milieux et définir des mesures de protection adaptées.

Un effort en matière d'information et de concertation est également nécessaire afin de mettre en place des modes de gestions associant plus étroitement l'ensemble des acteurs intervenant sur ces espaces naturels.

 Dans ce cadre un certain nombre d’études synthétiques et de proposition de gestion ont été réalisées qui ont permis de définir la stratégie de Parc naturel régional de Corse pour la gestion des pozzines et la fréquentation des lacs.

L’OEC a quant a lui et en collaboration avec le Parc naturel régional de Corse, l’université de Corse, et le CSP et la fédération de pêche, mené des analyses sur les lacs les plus représentatifs des massifs afin d’affiner les données récoltées depuis 1980, les campagnes de mesures ont débutées en 2006 et dureront 3 ans ( ce programme a été cofinancé par l’agence de l’eau).

 La gestion de la fréquentation doit être prise en compte et gérée dès le départ des sentiers accès aux lacs.

C’est ainsi que le PNRC, en étroite collaboration avec la commune de Corté, envisage la réhabilitation du sentier d’accès au lac de Melu dans le cadre du projet d’opération grand site de la vallée de la Restonica.

Il parait de plus en plus urgent d’améliorer la gestion de ces espaces d’altitude par des aménagements légers sur les sites très fréquentés mais aussi de prévenir d’une trop forte fréquentation les autres lacs dont l’équilibre demeure fragile.

 

 

RÉSERVATIONS REFUGES

Pour accéder à la centrale de réservation,
il est conseillé d'utiliser les navigateurs 
suivants :
Google chrome, Mozilla Firefox,
 Opéra, Internet Explorer 9.0

Les dates de vos réservations sont modifiables
 en fonction des disponibilités.

Pour consulter la météo montagne Corse
  composer le 

08 99 71 02 20

ou cliquer ici

                                                                         www.meteofrance.com
  

 

VTT

Venez découvrir le 1er site
VTT labellisé Fédération
Française de Cyclisme en Corse :

"Site VTT-FFC n°216
Castagniccia Mare e Monti 
"

Un cerf pour deux îles

One deer, two islands. Venez découvrir le site officiel d'un programme LIFE intitulé "un cerf, deux iles": la conservation de Red Deer Cervus Elaphus Corsicanus en Sardaigne et en Corse.

 

PNRC en images

Tous droits réservés : Parcù di Corsica 2009 - Parc naturel régional de Corse.